D’abord, à une sorte de vernissage. Un espèce de mec trop spirituel fait des blagues qui font fondre ma chérie comme de la glace à la vanille, et ça m’enerve, mais bon je vais rien dire j’ai pas encore le monopole de la blague marrante. Réveil.

Retour au rêve, je suis cette fois dans une espèce d’atelier Überall où se déroule un mariage, de qui, je ne sais pas, mais je retrouve un très vieil ami (18 ans pas vu, genre) du lycée, Vincent Perrin, qui est là et qui est toujours aussi sympa et marrant, et on se traîne comme des savates dans l’appartement, très lumineux, baigné de soleil, avec les invités, les enfants, les vêtements blancs et ce genre de conneries. Pas de cérémonie. Je crois qu’une fille brune lambda (taille moyenne, plutôt mince, cheveux longs qui tombent un peu sur le visage) me colle mais je l’évite. Elipse, et donc, c’est le lendemain, je me réveille chez Sabine et chacun part au boulot, sauf que l’atelier se trouve sur mon chemin et je décide d’y passer. Par un hasard spécial j’ai embarqué deux plats de nouilles en sauce pour le déjeuner (dont un de chez Pini la thaïlandaise d’à côté de chez Sab) et en traversant le pseudo-atelier (toujours baigné de soleil, au 3ème étage) je me pose dans un canapé avec mon manteau, face à un mur qui n’est pas là donc face à l’immeuble d’en face. L’air est agréable. Là Juju (maître des lieux) et 2 autres personnes arrivent, la tête dans le cul, et se posent avec moi. La fille brune est là, et se pose entre moi et Juju. Elle commence à vouloir me prendre la main, mais j’ai pas envie, elle m’attire pas du tout et en plus je ne suis pas libre, donc je décide de me barrer.

Une pensée à propos de “

  1. Mais oui, c’est le mariage de qui, où a été invité Vincent Perrin, et qui se déroule à Uberall, et où y’a pas de cérémonie ? mais qui mais qui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *