Des bestioles chez Heihachi

Je suis au Japon, chez un professeur très respecté qui ressemble à Heihachi Mishima de Tekken, pour un entraînement aux coups de pied. On fait ça au dessus d'une sorte d'autel avec divers objets dessus.

A mon tour de frapper, j'envoie un coup de poing puis me ravise au dernier moment et effectue le coup de pied attendu, mais tout ça est assez maladroit et marqué du sceau de l'indécision, et j'accroche un truc en verre avec ma jambe de pantalon.
Cet objet éclate en plein plein de petits morceaux ; tout le  monde ramasse mais ça prend beaucoup de temps.

Le professeur place les petits bouts de verre dans une boite avec "Verre" écrit dessus.

Là je vois des carnets de note sur la langue française et je me dis que je vais pouvoir aider avec ça,  ce qui explique peut être qu'il accepte un boulet pareil en apprentissage.

Puis lui et sa femme râlent car quelqu'un a mal fermé une porte, ou utilisé la mauvaise porte, ce qui permet à de drôles de bestioles de rentrer, des sortes de grosses limaces de 10-20cm de long sur pattes. Si on n'utilise pas les bonnes portes il y a des mille-pattes qui rentrent, et on n'a aucune envie d'avoir des scolopendres à la maison, ça sent l'invasion potentielle.
Tout cela est lié au système électrique de la maison qui n'est ni du 8V, ce qui serait insuffisant, ni du 22V, ce qui perturberait l'écosystème de la rivière voisine, mais du 12V.

l’ours

Avant de se coucher on a regardé une vidéo d'artiste qui vit dans un ours empaillé pendant 2 semaines.

Je pense ne pas trop m'avancer en disant que cela a joué sur le fait que j'ai ensuite rêvé que j'avais un colloc' et qu'il avait ramené un ours vivant dans l'appartement. Un gros ours brun, grognon comme un ours, le genre d'ours qu'il faut pas trop faire chier sinon il te croque. Il foutait le bordel dans l'appartement, se servait dans le frigo et foutait toutes nos affaires en l'air. Mais on ne pouvait pas l'empêcher, il fallait attendre que quelqu'un vienne le chercher, et en attendant tout ce qu'on pouvait faire c'était à la rigueur fermer la porte de la pièce où il se trouvait. Un ours putain, quel reulou.