Je suis ma grand-mère

A ma droite, un enfant, une petite fille qui ressemble à Madeleine, la fille de 3 ans de mes amis, sauf que celle ci fait partie de ma famille. Et ma grand mère Anne-Marie Dabin, à ma gauche (mamie 'Quin comme nous l'appellions). Mamie Quin se sent mal, elle faiblit. Elle est toute vieille mais sa peau est belle, et jeune, et ses yeux sont clairs, limpides. Mais elle se sent faible, et se laisse tomber par terre avant que je ne la rattrape. Elle git sur le sol, je crains qu'elle soit morte et je m'approche. Elle n'est pas morte et je la ramasse en la prenant sous les bras, sous les yeux de Jean-Yves (le frère de maman) et de maman elle-même (plus en retrait) qui restent sans rien faire. J'assieds mamie Quin  qui a l'air si triste sur une chaise. Elle me dit tristement "je suis vieille". Je lui prends les mains, qui sont chaudes comme celles d'un être bien vivant, et je lui dis "non tu n'es pas vieille". Sa peau parait jeune, mais elle est vraiment vieille, alors je me reprends pour ne pas mentir : "oui tu es vieille, mais tu es en parfaite santé, qu'est ce qui ne va pas ?" Elle me dit "Je m'ennuie". "Ah", je réponds, mais Jean Yves passe entre nous deux pour nous séparer, suivi de maman, pas très loin derrière, comme s'ils voulaient m'empêcher de parler plus avec mamie.
Je retourne à mon bureau et cette fois c'est la petite fille à ma droite qui me parle. Je ne sais plus ce qu'on se dit mais je lui dis un truc gentil, rassurant. Ensuite j'essaie à nouveau de m'occuper, mais tout le monde me dérange, je me dis comme ça, légèrement, qu'on pourrait rentrer à la maison avec Lucie pour être tranquilles, et enfin essayer l'internet qu'on nous a branché pendant les vacances.