Le dos de Rémi

Jour 1 : un système de sécurité pénible, qui fait qu'à chaque fois qu'on le cracke, on perd de la vie quand même et on meurt. Des gens en feu, c'est horrible.

Jour 2 : Je suis au milieu de la forêt enneigée avec un ami, on prends un taxi. L'ambiance est paisible, rassurante, reposante. C'est vraiment tout blanc. On arrive en ville, chez lui, ça ressemble à ma petite rue Parisienne d'époque, enneigée. L'ami - qui est devenu plutôt Rémi - me propose de passer chez lui, lui faire un massage (not gay), y'a pas de souci. Chez lui, au 3ème ou 4ème, lumières éteintes, la luminosité de la neige dehors qui innonde l'appartement. Il enlève son t-shirt et je vois qu'il a des problèmes de dos. Son dos est en fait déformé au point qu'il y a presque un trou au milieu. Pas de plaie, mais des déformations lisses, molles, de la chair déformée, ce trou. C'est pas un massage qui va soulager ça.

 

les zombies font du ski

Au début je suis embarqué dans l'expérience d'une connaissance VJ qui fait un mashup improvisé de vidéos en tout genres et provoque une sorte d'expérience train-fantôme magnifique, situant le spectateur dans la peau d'un skieur qui descend une montagne enneigée pleine de zombis.

Ensuite, c'est devenu la réalité. L'expérience a été tellement magnifique que je tente de la reproduire et chausse mes skis pour faire la descente. Il fait beau, la montagne est lumineuse et le spectacle en enchanteur. Il y a aussi, donc, tout ces morts vivants qui descendent à ski, mais ce n'est pas vraiment effrayant car ils sont tout mous et il suffit de les repousser à coup de batons s'ils s'approchent trop. De plus, on va trop vite en ski pour risque quoi que ce soit.

Quand la descente est terminée, je recommence plusieurs fois, pour convaincre tous mes amis de la beauté du spectacle.